Cité Iréel bande dessinée édition Tanibi et une plante verte

La fête du livre n‘a pas eu lieu

Saint-Étienne et la fête du livre

Nous sommes mi-octobre. L’automne est là depuis plusieurs semaines maintenant, les jours raccourcissent et avec cela les feuilles tombent des arbres.

Mi octobre c’est aussi un événement à Saint-Étienne et pas des moindre puisqu’en 2015 nous fêtions la trentième édition. Je vous parle évidemment de la fête du livre.

Ça ne vous dit rien ? Vous êtes surs ?

Fête du livre Saint-Étienne en 2019 sous le chapiteau principal, stand et foule au rendez-vous

L’immense chapiteau blanc place hôtel de ville, le carrousel place Jean Jaurès, les barnums des librairies indépendantes. Des étranges processions de corps aux bras chargés de livres et bandes dessinées qui traversent de place en place et de rues en librairies.

Les férus de Bds qui serpentent dans de longue fil d’attente avec la fervente envie d’obtenir un dessin en première page de leur exemplaire, de pouvoir échanger quelques mots avec leur dessinateur fétiche.

C’est aussi les amateurs de sensation forte qui guettent les écrivains et sont à l’affut d’un indice sur le prochain roman. Mais aussi des auteurs que l’on reconnait grâce aux escortes des librairies, à leur pass autour du coup tel un sésame que l’on envie pour être au plus prêt.

La fête du livre c’est tout cela et bien plus. C’est une véritable effervescence durant ce long weekend de trois jours, une grande affluence d’auteurs, de librairie, de lecteurs et lectrices, de curieux et curieuses. C’est tout simplement un temps d’échange entre écrivain, lecteurs, libraire, etc.

Une année sans…

Cette année… crise sanitaire oblige, la fête du livre n’a pas eu lieu. Nous vous avions préparé un temps fort au sein de la boutique, comme nous l’avions déjà fait auparavant.
Souvenez-vous, l’an dernier, nous avions mis en avant des auteurs et autrices stéphanoises, des illustrateurs et illustratrices, des maisons d’éditions locales.
Nous avions reçu pour une lecture, Maxime Dejob qui a écrit la nouvelle « Les Ifs » illustrée par Antony Ferreira. Un temps d’écoute et d’échange autour de cette nouvelle et la présence des autres auteurs présents ce jour la.
Pour les nostalgiques vous pouvez retrouver l’article de cet évènement ici

Lecture de la nouvelles "Les Ifs" par Maxime Dejob à la boutique face à un public attentif
Lecture de la nouvelles « Les Ifs » par Maxime Dejob

C’est d’ailleurs depuis ce jour-là que nous avons décidé de ne pas rendre les livres et de proposer un rayon littérature. Oh, nous sommes loin d’être une librairie, nous n’avons pas la formation, ni les connaissances nécessaires pour cela. Mais nous avons simplement la passion des livres et l’envie de vous partager cela.

Nous avons donc un petit rayon littérature, petit mais de qualité. Nous accueillons plusieurs éditions locales les éditions EINA!, les éditions Tanibis, mais aussi Prism ces trois éditions regroupent plusieurs auteurs. Nous diffusons aussi l’auteur Stéphane Lagrevol avec son roman Doriane et le journal le Couac.

Une sélection de quelques titres.

Une presse locale

Logo du journal le Couac

Le Couac Késako ? Vous l’avez peu être déjà croisé si vous faites votre marché le samedi matin place Albert Thomas. C’est une des particularités du Couac il est vendu à la criée (mais aussi en librairie). Le Couac est un journal local, collectif et participatif. Son contenu ? Des enquêtes critiques pour mettre en avant des événements passés sous silence, des sujets qui impactent directement Saint-Étienne et ses alentours. Ce journal, qui sort quand il veut, vous propose une autre lecture de l’actualité, loin des grands médias habituels. Il nous reste quelques exemplaires du dernier numéro à la boutique. Alors, n’hésitez pas si vous souhaitez lire une presse 100% locales.

Un quotidien en voyage.

Livre Une histoire par jour et une plante verte

EINA! c’est avant tout une rencontre, celle de Domizia Tosatto et Baptiste Deyrail une rencontre à la stéphanoise par le biais d’amies d’amis lors d’un vernissage. Mais c’est surtout deux auteurs que l’on retrouve dans « Une Histoire par Jour » édité par EINA! et Fidèle (à la fois maison d’édition et studio d’impression). Une histoire par jour c’est un livre écrit et dessiné à plusieurs, chacun ses pages chacun ses mots et ses dessins autour de ce titre.

Transformer chaque jour en une histoire, transposer son quotidien, apercevoir le détail qui fera la différence. Car ce n’est pas l’histoire journalière d’un voyage à l’étranger, exercice trop simple sans doute, mais celle d’un voyage dans son propre quotidien. Prendre du recul pour que naisse le récit n’est pas chose aisée et pourtant chaque histoire nous emmène dans un voyage, un instant bref, qui nous fait sourire, nous fait écho à notre propre quotidien.

Une réalité en équilibre.

Livre Cité iréelle et une plante verte

Côté histoire dessinée il y a aussi les éditions Tanibis que vous pouvez retrouver dans notre rayon.
« Cité Irréelle » est la bande dessinée qui m’a le plus marquée. On glisse dans cinq récits différents menés avec brio par l’auteur américain D. J. Bryant.

Des récits ou les hommes et les femmes se déchirent entre amour et haine, passion, étrangeté, domination et surtout des décors familiaux aux univers incertains. Un équilibre entre le récit et les dessins qui nous emportent sans hésitation avec les personnages. Nous perdons pieds à notre tour dans les différentes réalités qui nous sont offertes.
Des univers marqués par des dessins nets, précis et très élégants qui apportent une touche de froideur et de dureté à chaque récit. Je ne vous en dirais pas plus, mis à part qu’il faut vous méfier des apparences

Quelques frissons

Livre Doriane avec un tasse de café bleu

Il n’y a pas que des bds dans notre rayon et dans ce roman pas besoin d’image pour planter le décor. Je vous parle évidemment du roman « Doriane«  écrit par Stéphane Lagrevol aux éditions Vérone. La description parfaitement menée par Stéphane Lagrevol nous emporte sans aucun souci dans cette chambre ou Doriane se réveille amnésique. Une chambre macabre aux couleurs de la maison qu’elle va tenter de fuir. Frayeur, angoisse et inquiétude, un récit rythmé par un double point de vue, successivement nous passons de Doriane à son geôlier. Ce qui apporte une tension supplémentaire à la situation. Alors, amateurs de frisson et d’angoisse foncez ! Ce récit court mais intense répondra à toutes vos attentes.  

Cette année je ne peux pas vous parler des auteurs que j’ai rencontrés, des dédicaces que j’ai eues plaisir à découvrir… Mais, vous pouvez venir à la boutique, c’est avec plaisir que nous pourrons parler des livres que je n’ai pas pu vous évoquer ici et échanger sur nos lectures.
D’ailleurs, nous devrions recevoir bientôt la dernière édition de Tanibis… J’ai hâte de la lire !
Et vous que lisez vous en ce moment ?

Très belle journée à vous toutes et tous et belles lectures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *